Gegevens:

Categorie:
Autobiografisch
Geplaatst:
2 mei 2014, om 14:25 uur
Bekeken:
412 keer
Aantal reacties:
0
Aantal downloads:
193 [ download ]

Score: 0

(0 stemmen)

Log-in om ook uw mening te geven!




Share |

"Snuffelen in bakken dameslingerie is mijn lust en leven"


VOORTAAN KAN IK WEER GEWOON SNUFFELEN AAN DAMES LINGERIE…

 

Neen collegaatjes van de uytlandse kunstkring; volgens de Zweedse gezondheids dienst ben ik volstrekt normaa, dus ik kan het allemaal lekker uitzweten in mijn behahaha van nu af aan!!!

 

Want wat las ik vandaag op pagina 22 van mijn krant:

“Travestie, fetisjisme en sadomasochisme zijn in Zweden niet langer psychische aandoeningen”. 

Aldus het dagblad Dagens Nyheder, wat volgens mij zoiets betekend als Dagelijks Nieuws.

Nee, nu zullen we het beleven!

Bij mij gaat de Franse, Friese en Nederlandse vlag uit. Want als ouwe belegen sadomasochistische travestiet met een fetisjisme voor damesondergoed, hele en halve onderjurken, halve inlegzolen, zwepen, boeien, koorden, klemmen, dildos en alle andere parafernalia van de Hogere Pijnkunde en -Kennis breken voor mij gouden tijden aan in onze nog zo jonge eeuw. 

 

Voortaan kan ik weer gewoon snuffelen aan damesondergoed in warenhuizen, knijpen in de cups van hangende behas aan rekken van HunkerbunkerMöller om me er vervolgens in een van de kleedcabines tot orgastische hoogte mee te verwurgen, zonder dat ik hoef te denken van Guttegut, kijk mij nou 'ns gek bezig zijn met mijn stiekeme afwijkende zieke gestoorde sekshobby. 

 

TOUS LES GARÇONS ET LES FILLES

 

Neen lieve vrienden van de Uytlandse Kunst kring; volgens de Zweedse gezondheids diensten ben ik volstrekt normaal en wie vindt dat er aan mij een steekje los zit moet zich toch 'ns laten nakijken, die is zelf Himpelstimpelstapelgek met een lepel in zijn bek en een vork in zijn kont, zo loopt die de wereld rond. 

Want - zo vervolgt het dagblad - ..."dan stamt ú uit de tijd dat alles wat anders was dan een heteroseksuele voorkeur pervers werd genoemd".

 

ESCLAVAGISME SEXUEL

 

Van pure emotie begin ik in het Frans reclame te maken voor mijn SM hobby: Les sadiques et les masochistes ne peuvent atteindre la pleine satisfaction sexuelle qu'en accomplissant ou en imaginant des actes qui entraînent la souffrance et l'humiliation.

La souffrance peut être réelle ou simplement suggérée, à l'aide de photos ou de récits de scènes sexuelles violentes, par exemple.

Le sado-masochisme est présent dans les relationstant hétéro- ou bisexuelles qu'homosexu elles. Il semble qu'il y ait plus de masochistes que de sadiques.

«Esclavagisme sexuel» et «dressage» sont des formes de prostitution assez courantes. Pour certains masochistes, la souffrance qu'ils s'infligent à eux-mêmes tien lieu de stimulus sexuel.

 

crimes sexuels sadiques

 

Le sadisme et le masochisme se limitent généralement aux fantasmes ou à la simulation. Mais certains sadiques tuent et mutilent réellement. L'auteur des crimes sexuels sadiques est sou vent un individu introverti et timide, parfois préoccupé par ses organes génitaux qu'il consi dère comme inadéquats ou insuffisamment développés. Ses performances sexuelles elles-mêmes peuvent être faibles: il inflige alors la souffrance pour se rassurer.

 

La cruauté dont font preuve ces tueurs ne semble entraîner ni remords ni sentiments de culpabilité. Au contraire, la vision de leurs victimes impuissantes aiguise leur frénésie sexuelle.

Les criminels de ce genre sont hautement dangereux et les traitements médicaux sont rarement efficaces.

A l’issue de diverses rencontres, nous avons filmé les confessions de personnes pratiquant le sadomasochisme, cette forme singulière et complexe de la sexualité humaine.

Ce document tente de cerner les raisons qui amènent certains à ressentir le besoin impérieux de se confronter au jeu douloureux de la domination et de la soumission. L’analyse pertinente de Serge André, psychanalyste de renom, nous éclaire de manière magistrale sur les déviances au niveau comportemental que l’exercice du Pouvoir peut occasionner chez certains grands décideurs de notre société.

 

VIS TA VIE : IL Y A DU BONHEUR PARTOUT

 

mercredi 27 janvier 2010

 

Sado masochisme...

Je m'aperçois que je n'ai pas donné mon avis sur la burqa: je suis en gros d'accord avec Copé sur la question: c'est peut-être la seule fois de ma vie que ça va m'arri ver. Plus tôt on pourra arrêter ce cirque, mieux ça sera. "Ni putes ni soumises" partage mon avis, il me semble...

 

Je m'aperçois que le PS a entrepris sa procession d'Echternach sur l'âge légal du départ en retraite. Les français, qui savent bien que les retraites ne pourront pas être payées à moins d'efforts collectifs qui seront certainement plus justement répartis si la gauche revient au pouvoir, aimeraient, je le pense, un PS plus réaliste et plus pragmatique. Il y aura tellement d'autres efforts à faire, ne serait-ce que pour arrêter ce trou de la dette que Sarkozy creuse jour après jour, qu'il faut bien commencer par faire celui-là...

Je m'aperçois que " Karol Wojtyla se flagellait (…) avec «une ceinture spéciale (…) qu'il utilisait comme fouet et qu'il apportait toujours à Castel Gandolfo»". La religion fricote toujours avec le sado masochisme. A connaître les pratiques du pape Jean Paul II, je trouve très mystiques in fine des installations comme celle ci-dessous qui valent bien des coups de "ceinture spéciale", et en plus de son aspect religieux, le sado-masochisme, le vrai, est tout un art....

Vous savez que je m’intéresse maintenant avant toute chose ici à la représentation du sadomasochisme dans l’art ET DANS LA VIE.

Parfois il m’arrive de la voir là où elle n’est pas forcément (et c’est alors moi qui l’interprète comme telle, je vous parlerai prochainement -demain soir, peut-être- du film « Lust, Caution »), parfois je la cueille là où elle est vraiment.

Nous avons profité de notre séjour romain pour ne pas manquer de « rendre une visite » à Gilles Berquet ou tout au moins à son exposition, qui se tenait alors chez notre bien-aimée galerie Mondo Bizzarro (elle est maintenant terminée depuis le 17 janvier), sous le nom de « Playtime ».

Les amateurs de Jacques Tati seront rassurés (ou déçus) : ce « Playtime »-là n’avait rien à voir avec celui du concepteur de M. Hulot…

En soi, voir du Berquet à Rome n’a rien de profondément original (Mondo Bizzarro l’expose quasiment tous les 18 mois) et de plus, cette année peut être nommée son année : on le signale un peu partout (signatures de l’album « Mirka » ou exposition récemment à Rouen, « Les envois de Lenoir », qui reprenait une bonne partie des photos de « Playtime »).

Toutefois, c’est l’un des artistes dont la carrière et l’évolution sont des plus intéressantes à suivre. Et pas uniquement parce que désormais sa renommée est devenue internationale et que même le Japon nous l’envie…

Non seulement cet (encore) jeune photographe français (il est né en 1956) sait constamment se renouveler (passer du sépia au noir et blanc puis à la couleur), sortir de la photo en local clos pour aller vers le plein air -comme dans « Mirka » dont j’avais passé quelques photos ici lorsqu’elles n’étaient pas encore un livre mais l’objet d’une « exhibition » à la « Gallery Clair-Obscur de Los Angeles- mais encore rester fidèle à ses origines (l’influence de Pierre Molinier) tout en créant un style classé dans l’érotisme  « Fetish » qui est cependant plus BDSM qu’autre chose.

Oui, bien plus voisin du SM que celui de tous ses contemporains.

Et avec un supplément d’âme.

Ce regard qu’il porte sur les femmes qu’il « met en pose »

Puisque lui, contrairement à Molinier, ne se met pas lui-même, pas plus qu’il ne met ses jambes, « en scène »…

Justement, lorsqu’il publia en 1995 son recueil « Ame », Alina Reyes écrivit dans la préface :

« Parées de désir, elles sont là, crevant le papier, provocantes, altières, plus souveraines qu'esclaves, elles sont là et ne sont pas là, à jamais intouchables. Ligotées pour mieux ligoter le voyeur, le condamner au regard. »

On imaginera sans mal combien (et pourquoi) elles me plaisent tant.

Ces six photos des femmes de « Playtime », les trois premières qui me renvoient à mes propres fétiches (le corset, les liens, la marionnette) et les trois dernières pour leur rappel de l’atmosphère des images de Pierre Molinier (jambes et mouvement, résilles et talons…).

 

 

 

 

 

 

 

 



Reageer op dit verhaal!

Je moet helaas ingelogd zijn om te kunnen reageren.